Les concours de Scénarios d’Afrique

Scénarios d’Afrique fournit aux jeunes une opportunité unique de s’informer davantage sur le VIH/SIDA et les questions sociales connexes et de comprendre et d’exprimer ce que l’épidémie représente pour eux dans leur propre vie quotidienne.

Les concours de Scénarios invitent les jeunes âgés de 24 ans au plus, à proposer des idées de petits films sur le VIH/SIDA. Les participants sont encouragés à étudier un éventail de situations quotidiennes connexes et à s’y appliquer de manière constructive et optimiste.

Plus de 150 000 jeunes d’environ 50 pays ont participé aux six concours de Scénarios d’Afrique qui se sont tenus à ce jour. Un nombre de personnes au moins cinq fois plus élevé, ont directement bénéficié des activités relatives aux concours de Scénarios.

Les concours sont très efficaces lorsqu’il s’agit :

Les concours ont rapproché des dizaines de milliers de garçons et de filles pour parler de façon approfondie de sujets généralement jugés tabous étant donné que jusque-là, plus de la moitié des participants ont été membres d’une équipe mixte.

Une attention particulière a été prise en vue d’assurer que le concours est rendu accessible aux jeunes particulièrement vulnérables. Les équipes des concours comprennent des organisations intervenant au nom des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays, des jeunes vivant avec le VIH, des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, des travailleurs commerciaux du sexe, des jeunes emprisonnés, des filles confiées à la garde des services sociaux, des enfants de la rue, des personnes handicapées et des orphelins. Nombre de ces jeunes prennent part aux concours dans de petits groupes à titre confidentiel, sous la supervision d’un mentor qui aide les participants à aborder les questions relatives au VIH, à faire face aux expériences personnelles et aux sentiments qui refont surface lorsqu’ils créent une histoire ensemble. Lorsqu’il leur est demandé de citer la raison pour laquelle ils ont décidé de prendre part à un concours de Scénarios d’Afrique, la réponse la plus courante des participants est de loin celle qui suit :

« C’est parce que j’ai quelque chose à dire et je veux qu’on entende ma voix ! »